François Villais

« Monument éphémère du jouir »

Article publié le 19 juin 2017

Pour citer cet article : François Villais , « « Monument éphémère du jouir »  », Rhuthmos, 19 juin 2017 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article2005
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Cher***,


Il est temps de te rapporter le « filage », cette gestuelle que j’ai donnée durant mon séjour aux « îles d’Auvergne », en cette vitalité printanière de fin de mai.
Le résultat final, en frange d’univers, est autonome, inattendu, énigmatique et incongru.
La structure, arrivée ce matin, repartira sous peu.
Anecdote improbable dans le paysage, l’on marche à lui, en cette montagne, et je te donne ci-dessous la scène finale, en son décor naturel :




A l’entrée, l’invite :
L’appel s’étend loin sur la prairie
L’on y glisse, puis l’on s’y glisse
L’on répond à un inspiré appel sensuel
A l’approche, l’on en ressent la respiration, puis l’aspiration


Photo : « L’oursin », 2013 la Montagnette (84)



Entre intrados et extrados, les passages fluides et non turbulents des filets d’air,
l’effet de fente aérodynamique,
qui vous entraîne comme dans des passes,
comme entre deux voiles d’étais, qui facilitent le mouvement d’air


Dessin : prao des Iles Bismarck



L’on chemine entre les tulles, les lycras
dans d’Indécises enveloppes, labyrinthes,
aux opacités calibrées, mesurées
Et cheminant, l’on se confronte aux ombres,
à son ombre, et l’on se dédouble
Une rencontre avec soi-même
L’on chemine entre les tulles, les lycras


Photo : « corps et toiles », 2004, Martinique



Arrivé au cœur, à la nacre intestine, utérine,
une dernière fois l’on revient à la terre
le corps, passant de la prostration
puis par la génuflexion
les mains ont touché-sol
leur posé-terre s’achève.
Maintenant, de bas en haut, le regard suit les mâts
Porte à l’élévation des verticales des toiles.
Le corps maintenant se dénoue, se délie, se déroule et se dresse
C’est un développement, une expansion compulsive et printanière
Et porte de la tête le port du corps et le regard vers le haut


Photo : installation pour « Silencio », d’agnès Varda, 2015 l’Aiguebrun (84)



Arrivé au cœur, à la nacre intestine, utérine
Mais qui abrite, mais n’enferme
Et l’on reboucle l’article 8 mars (D’Avignon, en cette nuit du 7 mars) en cette même résidence « Rhuthmos »
« Ecrans poreux, qui diffusent aussi, du vaste dehors vers l’intime dedans
Tous les vents du lieu, tous les messages d’Alizés ; toutes les chaleurs, toutes
les odeurs, toutes les vapeurs
« L’habitant » est dans tous ses sens, en tous sens
A distance du monde, l’abri lévite ; il anti-gravite
Machine réflexive : captation exploratoire, captation sensorielle
L’on y aspire le lieu, l’on expire son être
Qui retient du paysage, l’hommage « Et l’univers, l’épouse »




Deux heures après, de ce « monument éphémère du jouir », il n’y en avait plus aucune trace.




Arrive maintenant, très cher, l’été…

F

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP