Rhuthmos

Un article de N. La Valle sur « Temporalités distribuées et partagées. Une approche écologique des activités familiales dans le foyer » dans la revue Tracés. Revue de Sciences humaines, 22, 2012.

Article publié le 10 août 2014

Pour citer cet article : Rhuthmos , « Un article de N. La Valle sur « Temporalités distribuées et partagées. Une approche écologique des activités familiales dans le foyer » dans la revue Tracés. Revue de Sciences humaines, 22, 2012.  », Rhuthmos, 10 août 2014 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article1270
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Natalia La Valle, « Temporalités distribuées et partagées. Une approche écologique des activités familiales dans le foyer », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 22 | 2012. URL : http://traces.revues.org/5428


Résumé : La temporalité est une préoccupation constante et un constituant premier de la vie sociale. À travers des analyses multimodales d’interactions entre adultes et enfants, l’article aborde la temporalité du quotidien de quelques familles au sein de leur espace domestique. En se focalisant sur les phases de transition entre activités, l’analyse documente des pratiques d’organisation temporelle qui s’appuient sur des éléments langagiers mais aussi matériels et incorporés, que les acteurs perçoivent et interprètent comme des donneurs de temps. Si toute temporalité s’appuie sur des repères, des mesures et des calculs pratiques, une perspective écologique de l’action et de la cognition met en lumière une temporalité distribuée dans l’habitat et entre les habitants. Or, puisque toute temporalité, tout ordonnancement, s’appuie aussi sur des raisonnements moraux, l’ancrage spatial doit être étudié en articulation avec la dimension normative de la vie familiale et avec ses temporalités partagées. Des recherches empiriques sur les temporalités distribuées et partagées pourraient susciter la réflexion sur les écologies émergentes, les pratiques sociales et les compétences indigènes des acteurs.


Mots clés : langage-en-interaction, cognition sociale, écologie cognitive, espace domestique, temporalité

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP