P. Willemart, Le Doux Chantre Bergotte dans À l’Ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust

Article publié le 26 août 2015

Pour citer cet article : , « P. Willemart, Le Doux Chantre Bergotte dans À l’Ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust  », Rhuthmos, 26 août 2015 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article1584
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

P. Willemart, Le Doux Chantre Bergotte dans À l’Ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust , Paris, Edilivre, 2015.

- Cet essai analyse treize extraits de À l’ombre des jeunes filles en fleurs dont certains sur l’écrivain Bergotte, personnage étudié très finement par le narrateur. Non sans rapport avec les recherches sur le rythme, entreprises par Jean Milly il y a quelques années, le présent ouvrage les prolonge en prenant comme références Lacan et Quignard et en insistant sur la place centrale de la pulsion invocante dans ces efforts pour capter le réel. Le doux chantre accentue ainsi l’importance de la voix et du rythme activés par la pulsion invocante. Alliant une lecture psychanalytique à la critique génétique, Philippe Willemart ne manque pas de recourir aux cahiers de brouillons proustiens dans son travail.

- Philippe Willemart enseigne la littérature française à l’université de São Paulo (USP).

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP