Rhuthmos

PHOTOGRAPHIE – Exposition Ferjeux van der Stigghel « Les Néo-nomades » – Avignon – 6 juillet-31 août 2016

Article publié le 26 juillet 2016

Pour citer cet article : Rhuthmos , « PHOTOGRAPHIE – Exposition Ferjeux van der Stigghel « Les Néo-nomades » – Avignon – 6 juillet-31 août 2016  », Rhuthmos, 26 juillet 2016 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article1833
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail


François Villais vous invite à sa galerie

LA COUR DES PAYSAGES


Exposition-vente d’œuvres photographiques

prolongation jusqu’au 30 juillet 2016


14 rue Campane 

84000 AVIGNON 

de 14h00 à 21h00

www.la-cour-des-paysages.fr

ET SUR RENDEZ-VOUS JUSQU’AU 31 AOÛT 2016


FERJEUX VAN DER STIGGHEL ET LES NÉO-NOMADES






Une vente pour poursuivre et achever le périple


Il est temps pour moi d’aboutir. Racheter mon appareil volé, reprendre la route auprès de ceux que j’ai approchés et côtoyés avec bonheur, les revoir tous dans la mesure du possible. Encore deux ans pour réussir ce pari, ô combien périlleux et osé. Et ainsi pour 2018, conclure dix années d’un travail acharné. J’ai donc décidé d’organiser une exposition-vente de quelques tirages en série limitée, signés de mes mains, tirés dans les règles de l’art. Issues de la collaboration Artiste photographe/Artisan tireur [1], les neufs pièces seront mises en vente pour financer la reprise de mon activité, un projet sous forme d’engagement, pour un traitement poétique, pointu et subtil de la réalité contemporaine. – Ferjeux van der Stigghel



Un travail sur le long cours (2008-2018...)


Le photographe Ferjeux van der Stigghel a déjà consacré près de huit années de son existence et des milliers de prises de vue aux travellers du XXIe siècle, en France et jusqu’en Italie. Entre travail de recherche et démarche artistique forte, ses photos montrent la face cachée d’une population dynamique et pourtant mal connue, appelée désormais les néo-nomades. Travailleurs saisonniers, ouvriers, artisans, entrepreneurs, intermittents du spectacle, écrivains ou employés, ces populations vivent dans des camions réaménagés et se distinguent des communautés traditionnelles, Gitans ou Roms. Nombreux sont ceux de nos contemporains en effet à avoir repris la route, faisant ainsi face à la précarité du logement et des emplois. Un choix assumé et une solution d’avenir pour certains. FVDS est ainsi devenu l’initiateur du projet noLand’s man, une enquête portant sur les manières de vivre et d’habiter de ceux qui ont rompu avec la sédentarité pour inventer de nouveaux modèles familiaux et économiques. Menée par le collectif NoLand sous la direction scientifique de l’École Polytechnique de Lausanne (EPFL), cette étude a été financée pendant deux ans par Forum Vies Mobiles [2], un institut de recherche international créé en 2011 par la SNCF réunissant chercheurs, artistes et praticiens du transport. Depuis 2015, les financements font défaut. La vente de tirages va permettre l’achèvement du projet qui consiste à suivre des familles entières sur le long terme, à contre-courant du traitement habituel de l’information. Un regard d’artiste, au plus près d’une minorité à la fois marginalisée et tellement intégrée. [3]



FERJEUX VAN DER STIGGHEL, PHOTOGRAPHE


Né en 1963, Ferjeux van der Stigghel réalise ses premières commandes pour Libération à l’âge de 17 ans. Il part ensuite de New York s’installer à Mexico où il exerce, entre autres, le métier de photographe de plateau pour le réalisateur François Reichenbach. Exposé en France, en Suisse, au Mexique, il publie ses images personnelles réalisées dans plusieurs pays d’Amérique du Sud. Après des expériences comme régisseur général, assistant à la réalisation et de la mise en scène au théâtre avec Bernard Sobel, en 1988, il se forme au multimédia et réalise des films en commande pour le monde de la communication et des courts métrages. Il collabore avec La Géode et la BBC. En 1999, il décide de faire une parenthèse et obtient le diplôme de Sciences Po à Aix en 2002 avant d’y enseigner « La Sémantique de L’image ». Il mène depuis 2008 un projet au long cours sur le thème des néo-nomades. En 2012, il propose un projet de recherche interdisciplinaire et le collectif noLand’s man Project est créé. Le 22 avril dans le cadre de la Nuit Debout, était diffusé sur la Place de la République un diaporama réalisé à partir de ses photos. Il est représenté par la maison de photographes Signatures.


Hommage à Sarah Minter (1953-2016)


À travers cette exposition, je tiens à relayer l’hommage mondial fait à mon amie et grande artiste Sarah Minter (1953-2016), pionnière du cinéma expérimental et de l’art vidéo, qui depuis 1982, inspire ma démarche et lui donne une résonance particulière... – Ferjeux van der Stigghel


Contact : lesneonomades@gmail.com

Notes

[1Gérard Issert/Granon Digital

[2L’institut de recherches Forum Vies Mobiles est placé sous la direction scientifique de Vincent Kaufmann de l’École Polytechnique de Lausanne (EPFL). Le projet noLand’s man est placé sous la direction scientifique du sociologue Yves Pedrazzini (LaSur, EPFL, Suisse). Il associe le photographe Ferjeux van der Stigghel, l’architecte indépendante Sophie Greiller et l’anthropologue Maude Reitz (LaSur, EPFL, Suisse).

[3Propos issus pour partie de l’article Ceci n’est pas un camion, par Cécile Parenteau, publié sur le site du magazine Architectures à vivre ; voir également : Artistic Lab

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP