Rhuthmos

TRANSDISCIPLINAIRES : Colloque « Figures de la singularité » (4-6 novembre 2010)

Article publié le 24 octobre 2010

Pour citer cet article : Rhuthmos , « TRANSDISCIPLINAIRES : Colloque « Figures de la singularité » (4-6 novembre 2010)  », Rhuthmos, 24 octobre 2010 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article201
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Colloque Figures de la singularité, du 4 au 6 novembre 2010, Paris 3 – Sorbonne Nouvelle


Robinson, Zarathustra, Kaspar Hauser, Thoreau, Stirner, et aussi Baudelaire, Oscar Wilde, Lacenaire, Edmond Dantès, le capitaine Nemo : personnages historiques ou fictifs, prophètes, anarchistes, esthètes ou criminels, tous ces héros de la solitude et de la singularité ont leur place, à la fois centrale et marginale, dans l’imaginaire occidental. Depuis l’âge romantique, la tradition voit en eux l’incarnation du génie prométhéen, créateur de sa propre vie, du visionnaire que sa singularité isole inéluctablement de la foule. Mais comment cerner la singularité ? Même Robinson, la figure centrale de l’individualisme moderne et occidental, le modèle du self-made-man qui tire de rien (et de personne) d’autre que de lui-même l’énergie nécessaire pour agir librement et pour produire à sa guise, n’est-il pas l’homme le plus hanté par les croyances, les formes d’organisation et surtout par les techniques du monde occidental qu’il ne fait finalement que redécouvrir ? Dans ce colloque, il ne s’agira bien évidemment pas d’accréditer telle ou telle approche (le primat de la structure ou celui de l’existence singulière), mais d’interroger les représentations et figures qu’a pu prendre la singularité dans la pensée occidentale dès l’école du scepticisme / pyrrhonisme grec et son « intériorité isolée » ou éventuellement dans le retour à soi du stoïcien. Le moi qui émergerait dans la singularité relève-t-il de l’ordre de la connaissance ou de celui de l’action, ou peut-il être appréhendé uniquement comme une « manière de fluer » ? Est-il une essence immuable ou le résultat d’un processus, valeur suprême ou métaphore, fable, mythe ?


Organisateurs : Michel Kauffmann / Rolf Wintermeyer – EA 4223 – Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG)


PROGRAMME


Jeudi 4 novembre



- 9h30 Accueil des participants

- 9h45 Ouverture du colloque par Monsieur Pierre CIVIL, Vice-président du Conseil Scientifique et de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3


Président de séance : Gerald STIEG

- 10h00 Rolf WINTERMEYER (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : Introduction

- 10h15 Pascal MICHON (Chercheur associé au laboratoire Triangle de l’ENS de Lyon) : Notes pour une conception plurielle de la singularité

- 11h00-11h15 : Pause

- 11h15 Florence VATAN (University of Wisconsin-Madison) : Le Comble du singulier : le génie et l’idiot

- 11h45 Élise MARROU (ENS-Ulm – Exéco Paris I) : Figures du solipsisme : une revendication à la singularité ?


Président de séance : Céline TRAUTMANN-WALLER

- 14h30 Gerald STIEG (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : Le Timon de Vienne (Karl Kraus)

- 15h00 Laurent PIETRA (Université Paris Ouest Nanterre) : Les figures de Joseph : une singularité multiple

- 15h30 Gilbert MERLIO (Université Paris 4) : Le Surhomme nietzschéen : un être singulier ou un modèle pour tous ?

- 16h00-16h20 : Pause

- 16h20 Jacques LE RIDER (École Pratique des Hautes Études Paris) : « Le sentiment du Moi est une illusion, mais ce n’est pas un mensonge » [Das Ichgefühl ist eine Täuschung, ist aber keine Lüge]. Autour de Fritz Mauthner

- 16h50 Olivia LEBOYER (IEP de Paris) : L’individu libéral, un homme sans qualités ?

- 17h10 Julie CHEMINAUD (Université Paris 4) : Une figure physiologique de la singularité : l’artiste dans la deuxième moitié du XIXe siècle


Vendredi 5 novembre


Président de séance : Pascal MICHON

- 9h00 Michel KAUFFMANN (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : La pensée de Fichte, du Moi absolu à l’ipséité collective

- 9h30 Nicolas POIRIER (Université Paris Ouest Nanterre) : Le « contrat narcissique » : réflexivité individuelle et institution démocratique

- 10h00 Nicolas VOELTZEL (Université de Paris Est – Créteil) : Les éthiques de la singularité : actualité et critiques philosophiques d’un idéal romantique

- 10h30-10h40 : Pause

- 10h40 Rémi ASTRUC (Université de Cergy-Pontoise) : Figures modernes de la singularité et pensée de la communauté

- 11h10 Isabella ATGER (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : La place du mythe poétique de Robinson Crusoé de Franz Baermann Steiner parmi les robinsonnades

- 11h40 Ricarda SCHNEIDER (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : Les Enfants sauvages « modernes » : le cas de Genie


Président de séance : Gilbert MERLIO

- 14h15 Sylvaine FAURE-GODBERT (Université de Poitiers) : Jonas ou la quête de l’altérité dans « un monde sans autrui ». Die Arbeit der Nacht de Thomas Glavinic

- 14h45 Mateusz CHMURSKI (Université de Varsovie / Université Paris 4) : « De la souffrance, il ne reste que des ombres ». Mondes fictifs d’Otokar Březina et Ladislav Klíma

- 15h15 Daniel S. LARANGÉ (Université McGill de Montréal, Canada) : La solitude du lecteur face à la marche du monde. Réflexions de théologie politique autour de Fahrenheit 451 (1953) de Ray Bradbury et Příliš hlučná samota (1976) de Bohumil Hrabal

- 15h45 : Pause

- 16h00 Hans HARTJE (Université de Pau) : Jane, Cosette, Alice et les autres : l’éveil du printemps des jeunes filles en fleurs

- 16h30 Jean-Michel WITTMANN (Université de Metz) : L’égotiste et le déraciné : la singularité en question dans la littérature française au tournant du siècle.

- 17h00 Gaspard TURIN (Université de Lausanne) : Volodine, le roman singulier de la fin de l’individu

- 17h30-17h50 Lecture d’une contribution d’Anne D. PEITER (Université Saint-Denis de la Réunion) : Au sommet de la singularité. La conquête de l’Himalaya dans la littérature des alpinistes de langue allemande de 1918 à 1945


Samedi 6 novembre


Président de séance : Michel KAUFFMANN

- 9h15 Marion FRANÇOIS (Université de Grenoble) : Le héros policier, un personnage excentrique

- 9h45 Marina ALLAL (Freie Universität Berlin) : Altérité, singularité et résistances dans les textes autobiographiques contemporains

- 10h15 Anne MOUNIC (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : Singularité, communauté ou solipsisme. Une interrogation poétique moderne

- 10h45 : Pause

- 11h00 Sylvie ARLAUD (Université Lyon II) : Le procès de la singularité : Wilde à Vienne, de Hofmannsthal à Karl Kraus

- 11h30 Pierre J. TRUCHOT (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) : Une figure de la singularité : l’idiot

- 12h00 Conclusions (Michel KAUFFMANN / Rolf WINTERMEYER)


Lieu : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5e


Contacts : michel.kauffmann@yahoo.fr / wintermeyer.rolf@wanadoo.fr

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP