J.-P. Charcosset (dir.) : Henri Maldiney : penser plus avant ...

Article publié le 31 mai 2012

Pour citer cet article : , « J.-P. Charcosset (dir.) : Henri Maldiney : penser plus avant ...  », Rhuthmos, 31 mai 2012 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article598
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

J.-P. Charcosset (dir.) : Henri Maldiney : penser plus avant..., Chatou, Les Éditions de La Transparence, 2012, 232 p.


Actes du colloque de Lyon (13 et 14 novembre 2010) précédés de trois textes d’Henri Maldiney : « Sur le Vertige », « Notes sur le rythme », « Rencontre et ouverture du réel »).


« Le rythme a plutôt affaire au temps, sauf lorsqu’il est figuré dans l’œuvre d’art et alors il se projette dans l’espace. Henri Maldiney dénonce la définition méticuleuse mais fausse du mot dans le dictionnaire, inspirée, comme il arrive souvent pour les notions abstraites, par le docteur Aristote : “le rythme est l’ordre du temps”, disait-il. Ce faisant, on confond le rythme et la cadence, le mouvement et le métronome. Soit l’exemple de la vague, de sa forme en constante formation. Sa montée et son déferlement ne se succèdent pas, ils passent l’un dans l’autre, se nourrissent l’un de l’autre. Ainsi le rythme, qui génère son propre espace-temps n’a pas la nature d’une forme mais d’une “transformation constitutive”, qui n’a pas la “stabilité circonscrite” du signe ou de l’icône. Sur le papier, le rythme s’exprime en intervalles et en valeur de notes, en indications sur le tempo. Mais le temps qui s’écoule entre deux intervalles n’est pas amorphe. Ce que fait le rythme, tel que l’observe Henri Maldiney, c’est créer son propre temps, et sa propre durée. » – Jacques Munier, France Culture, 31 mai 2012.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP