Rhuthmos

SOCIOLOGIE – Soutenance de thèse : « Vers une sociologie du mouvement : Application de la notation Laban à l’étude des phénomènes collectifs dans le métro parisien » par Naoko Abe – 19 mars 2012

Article publié le 2 mars 2012

Pour citer cet article : Rhuthmos , « SOCIOLOGIE – Soutenance de thèse : « Vers une sociologie du mouvement : Application de la notation Laban à l’étude des phénomènes collectifs dans le métro parisien » par Naoko Abe – 19 mars 2012  », Rhuthmos, 2 mars 2012 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article538
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

« Vers une sociologie du mouvement : Application de la notation Laban à l’étude des phénomènes collectifs dans le métro parisien »


La soutenance aura lieu le lundi 19 mars 2012 à 14h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris, salle 4 (2e étage). Métro Saint-Placide (4) ou Notre-Dame des Champs (12).


Résumé : La présente thèse s’intéresse au comportement collectif dans un espace public comme phénomène social et anonyme, à partir de l’étude du mouvement et de la configuration corporelle des voyageurs du métro parisien.


Pour ce faire, une technologie nouvelle d’acquisition de données, la « Subcam », et un outil de codage du mouvement appelé « notation Laban » sont mobilisés. Cette dernière, créée par Rudolf Laban et développée en chorégraphie, est peu connue dans le monde scientifique, mais son apport est potentiellement considérable en sociologie. La notation Laban permet d’objectiver et de rendre analysables les dynamiques corporelles qui étaient jusque-là considérées comme un objet insaisissable.


L’étude de cas a été menée sur la ligne 14 du métro parisien, au moment des échanges quai-train, et en situation de forte densité. La notation des mouvements et des configurations corporelles des voyageurs met en évidence l’existence de tendances récurrentes dans leurs façons de se tenir et de se mouvoir. Notre travail démontre également l’existence des techniques corporelles qui sont souvent évoquées par les sociologues comme Mauss, Bourdieu et Boltanski sans qu’ils en aient développé l’étude.


Notre recherche montre non seulement que la notation Laban est applicable aux travaux scientifiques mais aussi qu’il est possible de faire une étude sociologique du mouvement et de la configuration corporelle grâce à cette méthode. Nous ouvrons ainsi un nouveau champ de recherche en sociologie – une sociologie du mouvement.


Le jury sera composé de :


Christian Schach-Chalard (RATP)

Marie Jaisson (Paris 13, rapporteur)

Dominique Lestel (ENS Paris, co-directeur de la thèse)

Noëlle Simonet (CNSMD Paris)

Yves Winkin (ENS Lyon, rapporteur)

Éric Brian (EHESS, co-directeur de la thèse)

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP