Rhuthmos

SOCIOLOGIE – Colloque « Accélération des temps. S’adapter ? Résister ? » – Lyon – 26 novembre 2012

Article publié le 4 décembre 2012

Pour citer cet article : Rhuthmos , « SOCIOLOGIE – Colloque « Accélération des temps. S’adapter ? Résister ? » – Lyon – 26 novembre 2012  », Rhuthmos, 4 décembre 2012 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article769
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail
PDF - 1.3 Mo

Un nouveau colloque consacré au thème à la mode de l’accélération.


Il semble que tout s’accélère ! Les questions de temps, de vitesse, d’urgence, semblent prendre de l’importance dans nos vies quotidiennes, sociales, professionnelles, politiques, économiques, financières … et la littérature sur ce thème a été nombreuse à paraître ces dernières années.


On mange plus vite, les rencontres amoureuses se font grâce à du speeddating, on court contre le temps pour organiser ses vacances, ses loisirs, la garde des enfants, ... L’information est instantanée ; les « gratuits » ont pris le pas sur les journaux !


Le travail se gère dans l’urgence, grâce ou à cause, de nos outils technologiques préférés (ordinateurs portables, smartphones, mails, réseaux, ...) devenus les « doudous » du XXIe siècle ! La course contre le temps est engagée pour beaucoup d’entre nous… L’urgence de l’action, de la décision, des marchés financiers domine notre quotidien.


L’accélération des temps peut être synonyme de liberté et être vécue comme un facteur d’individuation, certains affirmant que dans le contexte de mondialisation actuel, avec une jeunesse qui est née « un portable à la main », on ne peut plus atténuer le mouvement.


Pour d’autres, par contre, « on va dans le mur », on voit apparaître des phénomènes de tension, avec une conciliation difficile des temps de vies, voir de la souffrance au travail en lien avec une accélération de tous niveaux en entreprise. Pour ceux-ci, la question de l’accélération révèle celle de l’inégalité temporelle puisque les temps sont choisis pour certains, subis pour d’autres. Au sein d’un monde en crise, marqué par le libéralisme et la mondialisation, est-on entré dans une dimension où le court-terme domine ? Impression ou réalité ? Avec quelles conséquences ?


Pour l’homme ? Pour la société ? Pour le territoire et ses services ?


Face à ce constat il est nécessaire de trouver de nouveaux équilibres à construire, entre vie personnelle et professionnelle, entre individu, et entreprise, entre citoyens et action publique, entre vie sociale et usage du numérique, ... Il est aussi important de questionner le rôle de la puissance publique : doit elle accompagner ce mouvement ? Le contraindre ? L’accentuer ? Quels sont les leviers dont dispose la collectivité pour produire une ville apaisée pour certains, accélérée pour d’autres ?


Tel est le thème du colloque du 26 novembre 2012, qui a été proposé avec le souhait de ne pas stigmatiser l’accélération, mais de souligner la nécessité d’avoir une triple approche entre « temps, paradoxes et équilibres ». Il ne s’agit pas de faire le procès du temps qui s’accélère mais d’essayer d’en comprendre le sens, d’en montrer les principaux effets, et de voir en quoi cette accélération peut participer à une nouvelle vision de la ville d’un futur proche, sous différentes approches, en interpellant des experts, des chercheurs, des chefs d’entreprises, des élus.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP