Rhuthmos

URBANISME ET ARCHITECTURE – Une thèse sur les espaces et les rythmes – Aurore Bonnet, Qualification des espaces publics urbains par les rythmes de marche : approche à travers la danse contemporaine, Thèse soutenue à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, le 25 mars 2013

Article publié le 1er septembre 2013

Pour citer cet article : Rhuthmos , « URBANISME ET ARCHITECTURE – Une thèse sur les espaces et les rythmes – Aurore Bonnet, Qualification des espaces publics urbains par les rythmes de marche : approche à travers la danse contemporaine, Thèse soutenue à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, le 25 mars 2013  », Rhuthmos, 1er septembre 2013 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article963
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

A. Bonnet, Qualification des espaces publics urbains par les rythmes de la marche : approche à travers la danse contemporaine – Directeur de thèse : Jean-Paul Thibaud, Université de Grenoble, Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain – 2013, 406 p., lll. en coul.


Un dvd accompagne ce travail. Il contient les deux films Vertige et Abandon. L’esplanade de la BnF et Vertige, abandon, ascension et envol. La passerelle Simone de Beauvoir, qui sont des propositions de restitution des analyses du corpus vidéographique de terrain de ce travail (cf.partie 3, chapitre 8). Ces films sont également disponibles sur Internet aux adresses suivantes :

- http://vimeo.com/57918666 (pour l’esplanade de la BnF)
- http://vimeo.com/57918665 (pour la passerelle Simone de Beauvoir).


Cette thèse est accessible ici : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel...


En quoi et comment l’étude des rythmes de marche rejoint-elle une approche de la ville par le corps ? Cette question qui traverse ce travail, est aussi celle que nous formulons en direction de la conception architecturale et urbaine des espaces publics contemporains. En choisissant de contribuer aux recherches sur la marche en ville et en nous consacrant à l’étude des rythmes de marche, nous avons choisi de nous intéresser particulièrement à la définition de l’espace du mouvement, c’est-à-dire à l’importance, au niveau de la perception, de l’établissement d’une relation à l’environnement qui n’en appelle pas à une expérience finalisée de la réalisation d’un parcours d’un point de départ à un point d’arrivée, mais à celle de l’avènement d’une présence. De quelle manière s’établit cette relation à l’environnement qui nous ouvre à cette expérience de parcourir la ville sur le mode des variations présentielles ? Comment peut-on envisager concevoir l’espace public urbain selon ce mode du mouvement des corps et de l’espace ? En explorant cette problématique, nous inscrivons notre travail dans le champ des ambiances architecturales et urbaines, en revendiquant pour la marche à la fois sa dimension d’expérience sensible de la ville par le corps mais aussi, par l’engagement du corps qu’elle permet, la disposition à une posture pouvant enclencher le processus de conception. Notre étude a porté sur deux terrains : l’esplanade de la BnF et la passerelle Simone de Beauvoir à Paris. Entre immersion, recueil de paroles en marche et travail vidéographique, au détour de la post modern dance et de la danse contemporaine, notre recherche croise les dimensions sensibles, spatiales du mouvement et des émotions de la marche. Les analyses menées s’attachent à découvrir et restituer les mouvements de l’expérience présentielle de ces terrains d’étude. Ces observations pourront intéresser le milieu de la conception en l’amenant à une réflexion sur la composition des espaces publics en termes de conditions d’appuis des corps en marche permettant d’établir une relation à l’environnement dans le mouvement. Cette recherche ouvre aussi à un questionnement sur la façon dont une approche par l’esthétique de l’ambiance peut s’instaurer en critique de la conception architecturale et urbaine par le mouvement.


Thèse soutenue à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, le 25 mars 2013 devant :

- Monsieur Marc BREVIGLIERI (Président) Sociologue, Professeur à la Haute École Spécialisée de Genève, Chercheur au GSPM UMR CNRS Institut Marcel Mauss EHESS,
- Madame Alessia DE BIASE (Rapporteur) Architecte, Maître-assistante, Directrice du Laboratoire Architecture Anthropologie, UMR CNRS 7218 LAVUE, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette,
- Madame Chris YOUNES (Rapporteur) Philosophe, Professeure des écoles d’architecture, Directrice du Laboratoire GERPHAU, UMR CNRS 7218 LAVUE, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette,
- Madame Julie PERRIN (Membre) Maître de conférence, Département danse - Université Paris 8,
- Madame Rachel THOMAS (Membre) Sociologue, Chargée de Recherche au CNRS, Directrice du Laboratoire CRESSON, UMR CNRS 1563 Ambiances Architecturales et Urbaines.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP