RYTHMOLOGIE – Séminaire en ligne « Rythmologies » – JEAN-CLAUDE SCHMITT – « Explorer les rythmes en histoire » – 9 novembre 2021 – 11h-13h

Article publié le 1er octobre 2021

Pour citer cet article : , « RYTHMOLOGIE – Séminaire en ligne « Rythmologies » – JEAN-CLAUDE SCHMITT – « Explorer les rythmes en histoire » – 9 novembre 2021 – 11h-13h  », Rhuthmos, 1er octobre 2021 [en ligne]. https://rhuthmos.eu/spip.php?article2796
Explorer les rythmes en histoire


9 novembre 2021

11h-13h


Deuxième conférence du séminaire Rythmologies (2021-2022)

avec Jean-Claude Schmitt, historien


Depuis deux siècles environ, la notion de rythme a pris une importance et une extension croissantes, au point de concerner tous les aspects de la vie individuelle et collective. On ne parle plus seulement des rythmes de la poésie, de la musique ou de la danse comme c’était le cas depuis l’Antiquité jusqu’aux Lumières, mais de tous les rythmes : des rythmes sociaux, des rythmes biologiques, des rythmes du travail et des loisirs, etc. Partant de cette notion moderne élargie des rythmes, telle qu’elle s’est formée aux XIXe et XXe siècle, on s’attachera à en montrer – à partir de multiples dossiers et corpus d’images relatifs aux conceptions et aux pratiques de l’espace et du temps, aux activités productives et aux conduites religieuses - la pertinence heuristique pour une compréhension nouvelle d’un large éventail de phénomènes de périodicité, de répétition, de régularité, mais aussi d’irrégularité (car rythme et arythmie sont inséparables) caractéristiques de l’histoire européenne dans la longue durée. En contre-point de notre modernité, on prêtera une attention particulière à la période médiévale.


L’intervenant : Jean-Claude Schmitt est Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (1983 - 2014) et président du conseil scientifique du Campus Condorcet (2009-2018). Médaille d’argent du CNRS et prix Raimar-Lüst de la Fondation Alexander Von Humboldt, il a notamment enseigné aux USA et en Allemagne.


Traduits dans une quinzaine de langues, ses ouvrages qui se distinguent par leur approche anthropologique de l’histoire médiévale ont contribué à ouvrir le champ des images au questionnement historique.


On peut citer parmi eux : Le saint lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle (Flammarion, 1979) ; La raison des gestes dans l’Occident médiéval (Gallimard, 1990) ; Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale (Gallimard, 1994) ; Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale (Gallimard, 2001) ; Le corps des images. Essais sur la culture visuelle du Moyen Âge (Gallimard, 2002) ; La conversion d’Hermann le Juif. Autobiographie, histoire et fiction (Seuil, 2003) ; L’invention de l’anniversaire (Arkhé, 2009) ; Les rythmes au Moyen Âge (Gallimard, 2016) ; Penser par figure. Du compas divin aux diagrammes magiques (Arkhé, 2019) ; Le cloître des ombres (Gallimard, avril 2021).


Il a notamment dirigé avec Jacques le Goff le Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval (Fayard, 1999) et publié avec Gisèle Besson, Rêver de soi. Les songes autobiographiques au Moyen Âge (Anacharsis, 2017).


En pratique : ce séminaire se tiendra en distanciel sans inscription (lien pour visioconférence Zoom ici).

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP