Rhuthmos

Un dossier de la revue SociologieS : « Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales » – novembre 2013

Article publié le 10 novembre 2013

Pour citer cet article : Rhuthmos , « Un dossier de la revue SociologieS : « Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales » – novembre 2013  », Rhuthmos, 10 novembre 2013 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article1040
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Dossier « Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales », SociologieS, novembre 2013.


On verra la présentation du dossier par Diane-Gabrielle Tremblay et Marco Alberio ici.


Partant du constat de l’importance de la question du temps en sociologie du travail, le dossier s’emploie à circonscrire les principaux questionnements liés précisément aux transformations récentes et conjointes des temporalités professionnelles ainsi que des autres temporalités sociales, par exemple familiale, déployant notamment l’hypothèse de l’accroissement de l’enchevêtrement et de la « perméabilité » des temporalités – en particulier étude, travail, retraite – que la sociologie avait le plus souvent pensées dans leur séparation. À partir d’études françaises et canadiennes, la contribution de Gilles Pronovost questionne les méthodes utilisées pour construire les données de la sociologie du temps et met en exergue l’intérêt de compléter les approches quantitatives par des entrées qualitatives mieux à même de saisir par exemple les significations et le contenu véritable des tâches. Réfléchissant également les méthodes de la sociologie des temporalités, Nathalie Burnay analyse ensuite les fins de carrière en Belgique ainsi que sur les dispositifs mis en place pour les aménager. Les quatre contributions suivantes constituent des analyses de cas. Celle de Gilbert de Terssac et Bertin Yanga Ngari nous porte vers la situation gabonaise pour nous décrire les tensions entre les temporalités de l’administration d’une part et des entrepreneurs de l’autre. Ce sera ensuite la temporalité de la profession libérale d’avocat qui sera traitée par Diane-Gabrielle Tremblay et Elena Mascova, insistant notamment sur les inter-relations entre temporalité et genre. Le texte proposé par Adeline Gilson nous plonge vers la Poste française et spécifiquement vers ses conseillers financiers confrontés aux exigences de flexibilité et d’autonomie. Nous irons ensuite, avec Paulo Cesar Greenhalgh, vers le Brésil pour nous pencher sur l’articulation entre le travail et la vie familiale chez les journalistes et les pigistes. Séverine Marguin nous proposera une réflexion sur la signification de la quarantaine dans le monde artiste, une signification charnière à partir de laquelle s’organise le rapport à la réussite ou à l’échec de la carrière. Enfin, à partir d’une investigation sur la situation des vendeuses de prêt-à-porter, Rachid Bouchareb s’emploie à saisir les facteurs susceptibles d’expliquer les concessions qu’elles sont amenées à faire ou qu’elles refusent quant à leur disponibilité temporelle.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP