La rythmologie en cardiologie

Article publié le 7 novembre 2017

Pour citer cet article : , « La rythmologie en cardiologie  », Rhuthmos, 7 novembre 2017 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article2072
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

« La rythmologie en cardiologie » – Révolutions médicales France Culture – Emission de René Frydman du 6 mai 2014, avec Jean-Claude Deharo, professeur de cardiologie.



La rythmologie est une spécialité à l’intérieur de la discipline de cardiologie. Le professeur Jean-Claude Deharo, professeur de Ccardiologie, chef de service de Cardiologie-Rythmologie à l’hôpital de la Timone de Marseille nous fera part de son champ d’activité puisqu’il se consacre aux troubles du rythme cardiaque (cœur trop rapide, cœur trop lent). Il nous présentera les progrès du traitement de la fibrillation auriculaire, cette activité désordonnée des oreillettes du muscle cardiaque qui peut entraîner un risque majeur de thrombose elle-même source de complications parfois vitales. La prescription des nouvelles générations d’anticoagulants associés au traitement médical peut être tout à fait suffisant mais nous nous centrerons sur les possibilités de chirurgie interventionnelle peu invasive telle que l’ablation de ses foyers électriques anormaux (soit par radio fréquence, soit par fulguration, soit par cryoablation). Le choix de ses méthodes dépend de l’habitude et de l’indication, elles nécessitent toutes de monter une sonde dans les cavités cardiaques concernées. Les pacemakers constitués d’un boitier sous-cutané et de sondes qui les relient au muscle cardiaque et assurent la permanence d’un rythme normal sont sur le point d’être remplacé par des stimulateurs sans fil de la taille d’une pièce d’un euro qui seraient placés directement dans la cavité cardiaque concernée. Les premiers viennent d’être posés et ouvrent de belles perspectives. Le défibrillateur externe peut sauver des vies en cas d’arrêt cardiaque, plus besoin d’être médecin depuis 2007 pour pouvoir les utiliser. Leur nombre augmente dans les lieux publics, les formations sont de plus en plus disponibles, ces défibrillateurs sont devenus intelligents puisqu’ils font eux-mêmes le diagnostic d’une fibrillation lorsque les électrodes ont été posées sur le thorax et qu’il décide lui-même de la nécessité ou non d’envoyer un choc électrique salvateur. Ces révolutions dans le domaine de la rythmologie s’inscrivent dans une longue tradition d’innovation dans le domaine de la cardiologie.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP