Alfred Fessard

Les rythmes nerveux et les oscillations de relaxation

Article publié le 25 décembre 2011

Pour citer cet article : Alfred Fessard , « Les rythmes nerveux et les oscillations de relaxation  », Rhuthmos, 25 décembre 2011 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article480
Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Cet article a paru dans L’année psychologique, N° 32, 1931, p. 49-117 et mis en ligne également ici.


PDF - 4.9 Mo

Notre connaissance des rythmes nerveux élémentaires a fait, dans ces dernières années, des progrès considérables qui ne peuvent laisser indifférent le psychologue. Nous nous proposons ici de rappeler d’abord les faits essentiels, en commençant par passer en revue les travaux d’ Ad ri an et de ses collaborateurs, fondamentaux en cette matière. Nous indiquerons en passant notre contribution personnelle. Notre but est surtout de mont rer, à la suite du grand physiologiste anglais, l’extrême génér alité de ces phénomènes rythmiques qui sont à la base de nos sensations, de nos mouvements et de notre activité mentale  : ces pulsations rapides et innombrables, qui naissent continuellement en différents points du système nerveux, le parcourent en tous sens, et qui, dans leurs rencontres, y su bissent de profonds remaniements, constituent leur étoffe com mune. Pour ceux qui sont curieux de ces phénomènes élémentaires, une incursion dans le domaine des mécanismes n’est pas à dédaigner. Nous verrons qu’à l’heure actuelle on ne peut malheureusement aller très loin dans cette voie et qu’il faut le plus souvent se contenter de classifications très générales. L’une d’elles, impliquant un rapprochement entre les rythmes nerveux élémentaires et les oscillations de relaxation, récem ment étudiées en physique, nous paraît particulièrement heu reuse. Nous essayerons de la justifier et de montrer qu’elle peut conduire à entrevoir, en ce qui concerne les interactions des systèmes, des possibilités dynamiques nouvelles susceptibles d’intéresser le psychologue comme le physiologiste,

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP